Une quatrième saison et un nouveau terrain de jeux. Spencer (Dwayne Johnson) et Joe (Rob Corddry) s’installent à Los Angeles !

C’est, désormais, en Californie du Sud que nos deux acolytes vont tenter de développer leur business et de marquer des points. Une question plus que légitime se pose :  Leurs protégés aussi doués qu’ingérables vont ils s’assagir et les laisser prendre sereinement ce nouveau virage ? Vont ils, une fois de plus n’en faire qu’à leur tête ? Que nous réserve Steve Levinson, le créateur de Ballers ? Faut-il s’attendre à une surenchère de Bling, strass et paillettes avec une bande son tout aussi Showy ou au contraire à un soupçon d’épure ?

 

 

Au-delà du décorum, dû à l’univers dans lequel évoluent nos protagonistes, si l’on y regarde de plus près, l’histoire est celle d’un homme qui souhaite accéder à une certaine position. C’est le récit d’une quête, d’un ancien joueur qui lutte contre ses démons (certes il s’occupe aussi un peu, beaucoup, beaucoup de ceux des autres) en s’appuyant sur l’image qu’il sait renvoyer.

Reste que cet homme, comme chacun, a son talon d’Achille. Et si les murs les plus impressionnants peuvent se fissurer… Gardons la tête froide et donnons l’exemple à ces personnalités en manque de repères.

Assurément la série a des atouts de taille… Ballers est et reste une très bonne comédie dramatique, parfaite pour une évasion estivale.  Cherry on the cake, Dwayne Johnson avec sa carrure et son sourire inégalables offre à ses fans une finesse de jeu qui est à souligner.

Il incarne bien sûr le rêve américain et ses miroirs aux alouettes mais il porte aussi et surtout une certaine forme de tristesse. Une mélancolie qui, compte tenu de son physique imposant, le rend d’autant plus attachant.

 

Suivez les nouvelles aventures de Ballers sur OCS !

© Home Box Office, Inc. All rights reserved. HBO ® and all related programs are the property of Home Box Office, Inc.