Blessed be the fruit… Christopher Meloni (New York Unité Spéciale, Oz) et Elizabeth Reaser (The Haunting of Hill House, Easy) font partie de la distribution de la saison 3.

Ils incarneront respectivement le Commandant Winslow, nouveau dirigeant de Gilead, et son épouse et feront leur apparition aux côtés des Waterford (Joseph Fiennes et Yvonne Strahovski).

 

 

De nouveaux personnages, différents enjeux, quelques réunions clandestines, une Resistance qui semble se mettre en place… La saison 3 nous promet quelques frissons et un effroi certain.

Série emblématique si il en est, The Handmaid’s tale et son héroïne, June (DeFred / Offred incarnée par Elizabeth Moss) se sont imposées en seulement deux saisons. Inspirée de l’oeuvre de Margaret Atwood parue en 1985, La Servante écarlate avait déjà connu une première adaptation cinématographique, en 1990 réalisée par Volker Schlöndorff, passée… inaperçue.

Est-ce à dire qu’au regard de notre société contemporaine, l’histoire de The Handmaid’s tale prend toute son ampleur. C’est d’autant plus vraisemblable que Margaret Atwood s’est attachée à n’évoquer que des faits réels. Au delà de cette dystopie terrifiante que l’on souhaiterait distanciée il y a donc un monde avéré… glaçant !

 

 

L’évolution des personnages devrait prendre un grand coup d’accélérateur. « Blessed by the fight » (« bénis par le combat ») or not… That is the question.

En attendant d’en découvrir davantage, la Montréalaise Elisabeth Williams vient de remporter le prix de la meilleure conception visuelle pour son travail sur « The Handsmaid’s Tale » à l’occasion du gala des prix ADG (la guilde des directeurs artistiques), une cérémonie qui s’est déroulée à Los Angeles. La directrice artistique montréalaise avait également reçu un Emmy en septembre dernier pour son travail sur la série.

Entrevue avec Elisabeth Williams.