A travers deux classiques du cinéma américain, découvrez les amours, la violence et les secrets d’une petite ville de la Nouvelle-Angleterre d’avant-guerre.

Soirée Peyton Place
le 19 février sur

 

Chronique sans concession de la vie d’une petite communauté de la Nouvelle-Angleterre dans les années 30 et 40, le roman de la jeune Grace Metalious fit sensation lors de sa parution en 1956. Mark Robson en fera une adaptation en 1957 et José Ferrer une suite en 1961. Ce sont ces deux films qui font l’objet de cette rétrospective. 
 

« Toute personne qui pense fortement fait scandale » écrivait Honoré de Balzac. Ce fut le cas de Grace Metalious, dont le roman suscita une véritable bronca : « amoral, indigne, vulgaire » pouvait-on lire dans les gazettes de l’époque. En effet, Peyton Place, œuvre sulfureuse dans des temps de puritanisme, choquait par l’audace et la liberté -y compris sexuelle- de ses personnages, notamment celui d’Allison, belle étudiante emportée dans des tempêtes amoureuses et familiales. L’intrigue s’articulait également autour de la mère d’Allison, porteuse d’un lourd secret.
 

C’est dire que le célèbre soap opera en 514 épisodes, qui fit les belles heures de la chaine ABC de 1964 à 1969 n’était qu’une version bien édulcorée d’un roman corrosif et sans tabou. Tout à fait différents sont les deux films adaptés de l’œuvre, et réalisés par Mark Robson en 1957 et Jose Ferrer en 1961. Autres temps, autres mœurs, accompagnez-nous dans ce voyage dans le temps…
 

Peyton Place de Mark Robson (1957) 

le 19 février à 20h40

Le calme et la quiétude la ville de Peyton Place n’est qu’un leurre. Allison, jeune et jolie étudiante découvre que sa mère porte un secret inavouable et que sa meilleure amie a été abusée par son beau-père. Tout s’en trouve alors bouleversé…
 

Return to Peyton Place de Jose Ferrer (1961)  

le 19 février à 23h15

Dans un vrai jeu de miroirs, Allison a écrit l’histoire de Peyton Place, dont s’empare aussitôt l’éditeur Lewis. Un best-seller s’annonce!… A la fureur des habitants peu épargnés par la plume insolente de la jeune femme.
 
Relations tumultueuses entre Lewis – pourtant marié – et Allison, idylle prometteuse de Selena, intrigues obscures de la vieille garde de la ville au nom de la morale : Jose Ferrer dresse un portrait sociologique et psychologique au scalpel de l’Amérique puritaine des années 40 au travers de cette suite très réussie.

 

A très bientôt sur OCS géants et OCS go…