Comique emblématique du cinéma d’après-guerre, Fernandel a marqué l’histoire du 7ème art par ses talents multiples, à la fois chanteur, acteur et réalisateur…

Tous les vendredis de février, OCS Géants propose un cycle pour redécouvrir ses premiers films en noir et blanc dans lesquels l’acteur s’illustre comme un incontournable du cinéma français. Les succès ne cesseront de se multiplier tout au long de sa carrière qui durera jusqu’à la fin des années 60, laissant aux générations d’après, un héritage artistique riche et de qualité.

 

cycle Fernandel
chaque vendredi de février

 

Fernandel aura été l’un des acteurs les plus populaires du cinéma français. Ses films ont attiré plus de 180 millions de spectateurs. Pendant plusieurs années, le public se rue dans les salles pour voir le « dernier Fernandel », peu importe le sujet ou l’histoire.

Le comédien interprète souvent le même type de personnages pour le grand bonheur de ses fans. C’est le cas avec « Casimir » (sorti en 1950) ou la série des Boniface (« L’Héroïque Monsieur Boniface » et « Boniface Somnambule », sortis respectivement en 1949 et 1951).

 

 

Fernandel incarne Monsieur Tout-le-Monde, mais offre à ses personnages, sans jamais oublier leur dimension comique, une véritable humanité. L’acteur s’est toutefois aventuré dans d’autres univers cinématographiques.

« L’Armoire Volante » (sorti en 1949) constitue à ce titre une véritable curiosité. Contre toute attente, Fernandel y incarne un personnage triste, presque sinistre dans une comédie noire, un genre très peu abordé dans le cinéma français. Enfin, n’oublions pas l’étonnant « L’Auberge Rouge » réalisé en 1951 par Claude Autant-Lara. Fernandel y est absolument formidable et interprète son premier rôle d’ecclésiastique (avant la fameuse série des Don Camillo). L’acteur détestait le film. C’est probablement l’un de ses plus connus.

 

 

Vendredi 3 février à 20h40 : L’Auberge Rouge (1951)

 

Fernandel en moine

 

Au XIXe siècle, en Ardèche, un couple d’aubergiste assassine leurs clients pour les voler. Un soir d’hiver, un moine accompagné de son novice se présentent à l’auberge où ils demandent une chambre pour la nuit. Les aubergistes se réjouissent déjà à l’idée du butin qui les attend. La femme, Marie, est soudain prise de remords…Une comédie inspirée d’un fait divers tragique, avec un Fernandel épatant dans le rôle du moine.

Réalisateur : Claude Autant-Lara Avec Fernandel, Françoise Rosay et Marie-Claire Olivia.

 

Vendredi 3 février à 22h30 : Casimir (1950)

 

Fernandel en Casimir

 

Casimir, fou amoureux de la jolie Denise, est un marchand d’aspirateur ambulant qui peine à vendre ses produits. Il ne veut pourtant pas se marier avec elle avant d’avoir amassé suffisamment d’argent. Casimir, interprété avec brio par Fernandel, se retrouve malgré lui impliqué dans une situation chaotique. Il joue alors sur ce malentendu pour tenter de décrocher une faramineuse commande qui pourrait le tirer d’affaire…

Réalisateur : Richard Pottier Avec Fernandel, Bernard La Jarrige et Robert Seller.

 

Vendredi 10 février à 20h40 : L’Armoire volante (1948)

 

Fernandel joue Alfred Puc

 

Alfred serait un bien paisible percepteur s’il n’avait, en la personne de sa tante acariâtre et avare, des occasions permanentes d’angoisse et de conflits. La vieille dame a décidé d’aller chercher des meubles à Clermont-Ferrand. Le voyage doit s’effectuer en camion, par un froid sibérien. Et ce que craignait le brave percepteur arrive : sa tante meurt de froid sur le chemin du retour…

Réalisateur : Carlo Rim Avec Fernandel, Pauline Carton et Berthe Bovy

 

Vendredi 17 février à 20h40 : L’Héroïque Monsieur Boniface (1949)

 

Fernandel en monsieur boniface

 

Boniface mène une vie tranquille : étalagiste, il est apprécié de tous. Il trouve un soir en rentrant chez lui un cadavre dans son lit. Il s’agit d’un voyou déposé là provisoirement par des gangsters. Alors qu’il se rend au commissariat pour faire une déposition, Boniface est enlevé par le gang, qui le considère comme un témoin gênant…

Réalisateur : Maurice Labro Avec Fernandel et Lillian Bert

 

Vendredi 24 février à 20h40 : Boniface somnambule (1950)

 

Fernandel en Boniface somnabule

 

Irréprochable détective privé aux magasins « Berthès » et spécialement au rayon bijouterie, Victor Boniface est un somnambule qui s’ignore, ce qui l’amène à dérober la nuit ce qu’il surveille si brillamment le jour… Fernandel livre une performance savoureuse dans cette suite très sympathique de L’Héroïque monsieur Boniface.

Réalisateur : Maurice Labro Avec Fernandel, Louis de Funès et Gaby Andreu

Retrouvez les bonus des films, dès le lendemain de leur diffusion ici et sur Dailymotion 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+