Des truands, souvent minables, une femme de ménage maître-chanteur, un représentant en boissons frelatées, un homme voyageant dans un cercueil… Michel Audiard réalisateur ne nous déçoit pas !

 
 
Tout est fou, léger, cynique, absurde, dans ses films qui ressemblent à leurs titres. C’est le cinéma des années 70.

Pas le seul : on est loin de Godard, de Truffaut, de Chabrol, de la Nouvelle Vague. Mais un cinéma attachant, efficace, enlevé, plein d’humour et de fantaisie, peuplé de ces extraordinaires seconds rôles ou de ces « gueules » qui sont la marque de cette époque. Annie Girardot, Bernard Blier, Jean Rochefort, Michel Serrault, Paul Meurisse, Jean Carmet, Mireille Darc, etc…

Alexandre Liéthard / Bernard Blier : « J’ai déjà vu des faux-culs, mais vous êtes une synthèse ! »

Autant de copains que l’on retrouve avec bonheur, comme dans ces diners de famille où l’on est tellement heureux de se disputer et de rire ensemble.

Alexandre Liéthard / Bernard Blier : « J’attendais ça. L’injustice, les apparences… Ça a l’air d’un crime crapuleux, hein ? Si, si, dites-le ! J’ai tué Gruson pour deux millions, c’est ça qui donne à croire, hein ? Mais c’gros con-là m’emmerdait depuis dix ans ! Tenez Monsieur, je vous jure sur mon honneur, sur ce que j’ai de plus sacré, que je l’aurais buté à l’œil ! »

Retrouvez-les sur OCS géant et sur OCS go dans Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais… elle cause !, Comment réussir quand on est con et pleurnichard, Faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages, Le cri du cormoran le soir au-dessus des jonques.

Une promesse : c’est une découverte ou une redécouverte qui vous donnera simplement du plaisir.

Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais… elle cause ! 

(diffusé le 04/05)

Une femme de ménage travaille pour trois patrons différents. Tous ont quelque chose à se reprocher. Elle decide de les faire chanter afin d’arrondir ses fins de mois…

 

 

 Comment réussir quand on est con et pleurnichard

(diffusé le 11/05)

Antoine Robineau est démarcheur en boissons. Il réussit toutes ses ventes en pleurnichant sur son sort. Il séduit les dames par le même procédé, ce qui lui vaudra, par le biais d’une richissime nymphomane, de devenir directeur d’un palace

 

Faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

 
(diffusé le 18/05)

 
Rita a l’habitude de prendre des gangsers pour amants. Celui qui est actuellement en titre l’a grugée en ne lui donnant pas sa part dans un partage de lingots d’or. Furieuse, Rita decide de se venger. Elle fait appel a sa tante Léontine, une vieille dame qui a inspiré autrefois la terreur dans le monde des truands.