OCS, à la faveur de l’été et des longues nuits propices aux histoires terrifiantes racontées sous la tente, vous offre un mois Stephen King à travers une programmation placée sous le signe de l’effroi.

 

Stephen King c’est plus de 160 nouvelles, 35 best sellers, 350 millions de livres vendus et plus de 80 adaptations télé et cinéma. A ce stade, un véritable phénomène de société.

Tout n’a pas toujours été facile pour ce colosse de 2 mètres, au visage anguleux, écrivant dans l’inquiétante solitude de sa maison du Maine, et qui ressemble un peu trop aux héros de ses fictions…

 
Trop de romans publiés, trop de succès, une étiquette trop « commerciale » en somme pour plaire aux critiques branchés qui, très longtemps, n’ont eu que mépris pour la littérature de genre, romans policiers, thrillers, récits d’épouvante, sauf quand ils portaient la signature de Lovecraft ou d’Edgar Allan Poe. Simenon lui-même en a fait longtemps les frais…

Et pourtant, quand on passionne des millions de lecteurs, et surtout quand on donne envie à de très grands réalisateurs (Romero, Kubrick, Carpenter, De Palma…) de faire des films à partir de vos histoires, c’est qu’on est entré dans l’imaginaire collectif.

 

Stephen King est d’abord un formidable passeur.

Combien d’adolescents, souvent très éloignés des livres, sont entrés en littérature grâce à ses romans.

 

 
 

Il y a d’ailleurs une jouissance presque transgressive à lire King, lecture buissonnière à la lampe torche, qui réveille les peurs les plus archaïques et les plus tenaces : du croque mitaine du « Boogeyman » à la figure paternelle et protectrice qui, soudain dans Shining, devient le plus terrifiant des dangers.

A travers 13 adaptations, de Carrie au bal du diable de Brian de Palma à Misery de Rob Reiner en passant par la violence sauvage de Cujo, OCS rend hommage au maître et à ses thèmes récurrents que sont, au delà de l’effroi, l’enfance, la création artistique (Fenêtre secrète, La part des ténèbres), et l’amitié (Les Evadés, Stand by me).

 
 

Retrouver donc une grande partie de la filmographie du maître et La Tour Sombre, en inédit, sur OCS Go.