Pendant plus de trente ans, le cinéma italien fut probablement l’un des plus influents du monde. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, plusieurs réalisateurs italiens fondent un nouveau mouvement – le Néo-réalisme – qui offrira au cinéma quelques-unes de ses œuvres les plus fortes, parmi lesquelles « Riz Amer » de Guiseppe De Santis.

Théma voyage en Italie
du 3 au 31 mars

 

vendredi 3 mars à 20h40 : Voyage en Italie (1954)

En 1954, l’un des créateurs du néo-réalisme, Roberto Rossellini, tournera définitivement le dos au mouvement pour réaliser « Voyage en Italie » avec son épouse Ingrid Bergman.

Le film sera boudé en Italie. En France, bien au contraire, les critiques des Cahiers du Cinéma (François Truffaut, Jean-Luc Godard et Jacques Rivette) défendent avec passion le film et y voient l’incarnation du cinéma moderne.

Voyage en Italie ouvre une brèche et préfigure la Nouvelle Vague et de nouveaux réalisateurs italiens comme Michelangelo Antonioni, dont les films, tout particulièrement « l’Eclipse » (sorti en 1962), étudieront cliniquement les sentiments d’incommunicabilité et d’aliénation de ses contemporains.

 

 

Mais le cinéma italien, quoique très engagé, n’abandonnera jamais la comédie. La Comédie dite à l’italienne mélange allègrement la farce et le drame. Ainsi, dans « La Grande Pagaille » (réalisé en 1960), Luigi Comencini alterne scènes comiques et moments tragiques.

De même, Dino Risi dans le « Fanfaron » (réalisé en 1963) multiplie les situations cocasses tout en dénonçant les artifices de l’Italie du boom économique des années 60. La comédie à l’italienne sait que la vie est tragique. Elle a la délicatesse de nous en faire rire.

vendredi 10 mars à 20h40 : L’Éclipse (1962)

À Rome, l’été. Insatisfaite d’une liaison sans amour, Vittoria décide de rompre avec son amant Riccardo, un attaché d’ambassade, après trois années passées ensemble.

 

Alain Delon et monica vitti

 

Prix spécial au Festival de Cannes en 1962, L’éclipse est l’un des chefs-d’œuvre du réalisateur italien Michelangelo Antonioni. Monica Vitti et Alain Delon y sont inoubliables et sobres à souhait.

vendredi 17 mars à 20h40 : Le Fanfaron (1962)

À Rome, un 15 août, la ville est déserte. Bruno Cortona, la quarantaine vigoureuse, amateur de conduite sportive et de jolies femmes, déambule en voiture à la recherche d’un paquet de cigarettes et d’un téléphone public. Roberto Mariani, un étudiant en droit sage et timide, resté en ville pour préparer ses examens, l’accueille chez lui.

lundi 20 mars à 20h40 : soirée Fellini – Et Vogue Le Navire (1983) et Il Bidone à 22h45 (1955)

Et Vogue Le Navire de Federico Fellini avec Freddie Jones, Barbara Jefford et Victor Poletti
Au mois de juillet 1914, dans le port de Naples, le « Gloria », un paquebot, doit bientôt partir vers l’île natale d’Edmée Tetua, célèbre cantatrice, dont les cendres doivent être dispersées en mer.

 

 

Il Bidone de Federico Fellini avec Broderick Crawford, Richard Basehart et Franco Fabrizi
En Italie, Augusto, Roberto et « Picasso » forment un trio d’escrocs minables sillonnant le pays pour dépouiller leurs pauvres victimes.

vendredi 24 mars à 20h40 : Riz Amer (1949)

Francesca et Walter, un couple de petits voleurs, sont poursuivis par la police pour le vol d’un collier. Ils se cachent dans un campement de « mondines », ces ouvrières des rizières de la plaine du Pô. Sur place, le couple rencontre la belle mais dangereuse Silvana. Alors que Walter est repéré par la police et prend la fuite, Silvana propose à Francesca de rester travailler dans le campement.

À mi-chemin entre le drame et le documentaire, Riz amer est un classique du néo-réalisme italien.

vendredi 31 mars à 20h40 : La Grande Pagaille (1960)

Le 8 septembre 1943, le sous-officier Innocenzi et son détachement trouvent leur caserne abandonnée et constatent avec stupeur que les troupes allemandes les considèrent, à présent, comme des ennemis.

Retrouvez les bonus des films, dès le lendemain de leur diffusion ici et sur Dailymotion 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+