Who watches the Watchmen ? HBO a choisi : Damon Lindelof semble s’être parfaitement approprié l’esprit du comics et promet « une série dangereuse ». Vous ne verrez plus jamais les super héros de la même manière.

Co-créateur de Lost, puis créateur de l’ovni The Leftovers (dont l’intégrale est toujours disponible sur OCS), Damon Lindelof a déjà une solide réputation d’auteur, soucieux de la mise en scène et des émotions que convoient ses oeuvres. Après le projet Leftovers, qui a largement débordé du livre d’origine et qui a conquis la critique comme le public, HBO ne pouvait pas se séparer du talent de Lindelof.

Vous ne vous êtes pas encore remis de Leftovers ? Reprenez votre souffle, les Watchmen arrivent…

Day One.

A post shared by Damon (@damonlindelof) on

Le comics d’origine était déjà reconnu comme une oeuvre majeure et atypique de la bande dessinée, montrant les super-héros sous un jour totalement différent de celui qu’on leur connaît chez Marvel ou d’autres oeuvres DC. Zack Snyder avait tenté une adaptation au cinéma, avec tout le talent visuel qu’on lui connaît. Sans être parfait, le film avait le mérite de s’attaquer à une oeuvre réputée inadaptable, et de proposer une expérience plus qu’honorable – dont certains morceaux de bravoure sont sans doute encore gravés sur vos rétines.

« L’image que nous avons des super-héros est fausse. Quand on porte un masque, c’est qu’on prépare un mauvais coup. »

L’adaptation de Watchmen en série est en sommeil depuis longtemps, mais HBO semble enfin avoir trouvé un showrunner à la hauteur de la tâche. Eduqué aux super héros depuis sont jeune âge par un père passionné (il lui a offert la première édition de Watchmen quand il avait 12 ans), Damon Lindelof semble avoir une vision qui se rapproche singulièrement de celle de Moore et Gibbons, à l’origine du comics.

Day Eleven.

A post shared by Damon (@damonlindelof) on

Il a d’ailleurs appelé Alan Moore en personne pour en discuter, alors que ce dernier a toujours indiqué que toutes les adaptations de ses personnages étaient ratées. Si le showrunner n’a pas obtenu le plein assentiment de Moore, il cherchera bien à respecter et honorer le travail de celui qu’il considère comme un des plus grands auteurs de comics. Dave Gibbons, quant à lui, gardera un oeil par-dessus l’épaule de Lindelof, sans toutefois s’impliquer dans le développement de la série.

« La raison pour laquelle je fais ça, c’est que nous vivons des temps dangereux, et nous avons besoins de séries dangereuses. »

Selon Lindelof, l’avalanche de séries et des films avec des super héros plus ou moins stéréotypés n’est pas très bon signe, même s’il revendique avoir « grandi avec eux », et se déclare même être fan de Batman ou Wonder Woman. Surtout, il pense qu’on ne « devrait pas faire confiance à quelqu’un qui prétend veiller sur nous et porte un masque », rejoignant en cela une idée qui sous-tend la création du comics original Watchmen, et qui se révèle plus actuelle que jamais. 

Day 40.

A post shared by Damon (@damonlindelof) on

Les spéculations vont bon train en ce qui concerne le casting ; est-ce que Jeffrey Dean Morgan reprendrait son costume de Comedian alors qu’il tient déjà la batte de Negan dans the Walking Dead ? Qui sera la prochaine Silk Spectre ? Tous les personnages de Watchmen sont riches, complexes, et il faudra bien du talent pour retranscrire fidèlement les émotions contradictoires de Rorschach ou l’intellect surhumain du Dr Manhattan.

On peut compter sur la mise en scène de Lindelof pour proposer une lecture toute en subtilité, mais la phase de casting se présente comme une des premières grandes épreuves de nos futurs héros.

HBO a commandé un pilote et s’est engagé à commander plusieurs autres scripts. Si le projet semble être entre de bonnes mains, rien n’est encore fait. On sait maintenant que le studio américain refuse de bâcler ses oeuvres et préfère prendre le temps de bien faire les choses… et ça lui réussit !

La pression est importante pour Lindelof, l’impatience intense pour tous les fans, mais si le résultat est à la hauteur des Watchmen, qui pourrait s’en plaindre ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+