Pretty Little Liars nous montrait à quel point la sexualité féminine pouvait être tabou. The Girlfriend Experience nous représentait elle la sexualité féminine comme un véritable pouvoir qui peut parfois échapper au contrôle de la femme face à une société qui ne l’accepte pas. Qu’en est-il de la série tant de fois décriée pour son côté misogyne, Game of Thrones ?

 

Selon Iris Brey, auteur de Sex and the Series, certains personnages féminins peuvent en effet être interprétés comme féministes. Mais comment une série qualifiée de misogyne peut-elle être en même temps féministe ?

 

Daenerys

 

HBO est connue pour aimer les scènes de violence et de sexe. Game of Thrones est une des séries réputée pour avoir bon nombre de scènes sexuelles , parfois même qualifiées de « gratuites ». Orgies, viols, prostitution, lesbianisme, inceste, la série ne connaît pas de tabous. Dans un univers où les hommes semblent être tout permis vis-à-vis des femmes, comment celles-ci se placent-elle ?

Les femmes semblent complètement soumises aux désirs de l’homme. C’est lui qui choisit quand il a des rapports, avec les femmes qu’il veut. D’abord Daenerys qui est mariée de force à Drogo par son propre frère, mais aussi Cersei qui est violée par Jaime devant la dépouille de son fils, ou encore Sansa par Ramsey dans une scène très violente.

 

Sansa Stark Sophia Turner

 

Mais a contrario, ces femmes sont parfois montrées comme très puissantes, et leur sexualité n’y est pas pour rien. Dans le quatrième épisode de la saison 6, Daenerys apparaît nue, pour prouver sa force et son invincibilité à tous. Elle s’extrait ainsi de son statut de prisonnière en traversant les flammes dans son plus simple appareil. La scène, si elle sert la série, permet aussi à l’actrice de dire quelque chose. Emilia Clarke explique : « C’est tout moi, fière, forte. Je suis sincèrement heureuse de ça, c’est pour ça que j’ai dit « oui ». Je n’ai pas eu de doublure ». Pour l’auteur des livres, le glamour en devient ainsi une véritable arme.

Game of Thrones est aussi une série qui dénonce. Lorsque la femme en rouge ôte son collier, elle nous dévoile sa véritable apparence. On découvre alors une femme nue avec le corps d’une vieille femme. Pour The Atlantic, cette scène montre comment à Hollywood, une femme doit cacher ce qu’elle est vraiment pour évoluer dans un monde si masculin.

 

got mélisandre vieille

 

De même, la scène d’humiliation de Cersei peut être vue comme une dénonciation de la part des auteurs de la série. La marche de la honte, longue de sept minutes, filmée du point de vue de la victime, montre alors toute la violence d’une société qui juge la femme pour sa sexualité, et en vient, en d’autres termes, à dénoncer le slut-shaming.

La sexualité féminine dans Game of Thrones, bien que parfois mise à mal, est donc ainsi un outil de dénonciation. L’exposition de la sexualité, parfois violente et choquante, permet au spectateur de mieux prendre conscience des enjeux actuels. Car le choc dans la démonstration se révèle être souvent efficace.

Ce sujet encore souvent tabou a été longuement traité par la docteur en cinéma Iris Brey dans son nouvel essai : Sex and the Series : sexualités féminines, une révolution télévisuelle. Pretty Little liars traite tout autrement la sexualité féminine puisque celle-ci reste tabou. Quant à The Girlfriend Experiencela série utilise la sexualité féminine comme une prise de pouvoir…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+