Le mois du frisson et des sensations fortes vous offre de découvrir ou de (re)découvrir, chaque samedi, quatre chefs-d’oeuvre du cinéma fantastique.

A l’approche d’Halloween, OCS Géants a concocté un cycle des plus réjouissants avec les plus beaux monstres du cinéma classique.

 

 

Immergez-vous dans les univers de «Frankenstein» et «La fiancée de Frankenstein» inspirés du roman de Mary Shelley avec le légendaire Boris Karloff dans le rôle de LA créature. Retrouvez la patte de Jack Arnold avec «L’étrange créature du lac noir», film d’horreur dont les prises de vue sous-marines en 3D n’ont rien à envier aux prouesses techniques actuelles et «L’homme qui rétrécit» dans lequel les accessoiristes et décorateurs rivalisent de trouvailles pour notre plus grand bonheur !

 

« Combien étrange est la nature de la connaissance ! Elle s’accroche à l’esprit, lorsqu’elle s’en est saisie, comme le lichen au rocher. »
Mary Shelley
 

 

FRANKENSTEIN (1931) 

De James Whale

Avec Colin Clive, Mae Clarke

Henry Frankenstein, un jeune savant ambitieux, rêve depuis toujours de créer artificiellement la vie. Pour mener à bien ses expériences, il vit retranché dans une tour en ruines, aux abords d’un village d’Europe centrale.

 

 

LA FIANCÉE DE FRANKENSTEIN (1935)

De James Whale

Avec Boris Karloff, Colin Clive

Ayant survécu à l’incendie du moulin où il s’était caché, le monstre, créé par Henry Frankenstein, continue de tuer malgré lui les gens qui croisent sa route. Capturée par les villageois, la créature parvient à s’enfuir et trouve refuge chez un vieil ermite aveugle qui lui offre à manger et lui apprend à parler.

 

 

L’ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR (1954)

De Jack Arnold

Avec Richard Carlson, Julie Adams

En Amazonie, le professeur Maia découvre un jour la main fossilisée d’une étrange créature humanoïde. Il convainc son ami David Reed de se joindre à une expédition pour rechercher d’autres restes de l’espèce inconnue.

 

 

L’HOMME QUI RÉTRÉCIT (1957)

De Jack Arnold

Avec Grant Williams, Randy Stuart

Prenant du bon temps sur son bateau, Robert pénètre dans un étrange brouillard. Quelques temps après, il constate qu’il perd du poids, mais aussi qu’il diminue en taille.