Cette série documentaire examine la représentation des sexualités féminines à travers le portrait de cinq héroïnes de séries : Viriginia Johnson (Masters of Sex), Marnie Michaels (Girls), Fleabag (Fleabag), Maura Pfefferman (Transparent) et Jenny Schecter (L Word).

Sex and the Series
bientôt sur

 

En donnant la parole aux actrices, showrunneuses, réalisatrices, et autres talents, chaque documentaire interroge la construction d’une sexualité et ses résonances.

Grâce à la multiplication de personnages de femmes complexes et décomplexées depuis les années 2000, les séries mettent en scène une pluralité de sexualités féminines, révélant nos désirs, nos peurs les plus profondes, nos fantasmes et nos tabous. De The L Word, en passant par Girls, Masters of Sex, Fleabag ou encore Transparent, elles osent enfin montrer ce dont nos sociétés occidentales ont encore parfois du mal à parler.

 

hollywood Iris Brey Sex and the series

 

La série documentaire Sex and the Series enquête sur la représentation de la sexualité de cinq héroïnes à l’écran. Au menu, les questions de féminisme, d’éducation au plaisir, de l’image du corps féminin et de violences liées au sexe.

Résumé des documentaires :

Girls : Marnie, la control freak

Bourgeoise à l’allure coincée, Marnie va très loin sexuellement dans une recherche désespérée de contrôle. L’actrice Allison Williams affiche au compteur plus de scènes de sexe que les autres comédiennes de Girls. Elle nous explique comment ne pas dévoiler son corps tout en tournant les scènes les plus osées d’une série représentant la voix de la nouvelle génération.

Intervenants :

ALLISON WILLIAMS – actrice
ALEX KARPOWSKI – acteur
RICHARD SHEPARD – réalisateur

Fleabag, l’endeuillée

Voici la trentenaire londonienne incarnant la poisse sentimentale et sexuelle. Après la mort de sa mère et de sa meilleure amie, Fleabag, entre rires et larmes, se réfugie dans le sexe. La créatrice et comédienne Phoebe Waller Bridge raconte comment son héroïne est une « mauvaise féministe » qui aime se masturber devant du porno tout en essayant de comprendre la fragilité des rapports humains.

Intervenants :

PHOEBE WALLER-BRIDGE – actrice principale
LIDYA HAMPSON – productrice
VICKY JONES – showrunneuse

Masters of Sex : Virginia, l’experte

Simple assistante au début de la série, l’héroïne de Masters of Sex devient une scientifique chevronnée qui explore les mécanismes de l’orgasme au côté de Bill Masters, durant les années 1960. A travers son parcours pionnier dans la recherche sur la sexualité féminine, l’actrice Lizzy Caplan éclaircit les enjeux liés à la révolution sexuelle, toujours aussi pertinents aujourd’hui.

 

Virginia Johnson Masters of sex

 

Intervenants :

LIZZY CAPLAN – actrice principale
MICHELLLE ASHFORD – showrunneuse
THOMAS MAIER – Biographe de Virginia Johnson et William Master

Transparent : Maura, l’effrontée

Un père à la retraite fait son coming-out trans à sa famille. Mort devient Maura. Cette nouvelle identité transforme les rapports amoureux et sexuels de la septuagénaire et de sa famille. Cette héroïne atypique et révolutionnaire redéfinit les notions de genre, de sexe et de sexualité. Jeffrey Tambor décrit comment l’interprétation de ce rôle de femme a changé sa vie.

Intervenants :

JEFFREY TAMBOR – acteur principal
TRACE LYSETTE – actrice

The L Word : Jenny, la résiliente

The L Word a marqué l’histoire de la télévision en créant une série sur un groupe de lesbiennes vivant à Los Angeles. Jenny, arrivant de sa campagne et alors fiancé à un homme, nous permettait d’entrer dans ce monde glamour et d’en explorer les tentations. La comédienne Mia Kirshner analyse l’aspect révolutionnaire de la série et la trajectoire de son personnage, d’une enfant victime d’abus sexuels à une jeune femme en pleine exploration des sens.

Intervenants :

JAMIE BABOTT – réalisateur
MIA KIRSHNER – actrice
ROSE TROCHE – réalisatrice

La réalisatrice et auteur Iris Brey

Spécialiste de la représentation du genre au cinéma et dans les séries dont le livre Sex and the Series a été lancé au festival Séries Mania en avril 2016, Iris Brey analyse la représentation des sexualités féminines dans les séries télévisées américaines.

 

 

Elle collabore aux sites Les Inrocks, Cheek Magazine et Le Deuxième Regard, à la revue Cinemateaser ainsi qu’à l’émission La Dispute sur France Culture. Elle a reçu son doctorat de l’Université de New York (NYU), sa thèse portrait sur la représentation des mères monstrueuses dans le cinéma français contemporain. Elle enseigne le cinéma européen sur le campus parisien de l’Université de Californie.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+